lein vers le site de BrailleNet

Quelques clés pour comprendre les principes de l'accessibilité numérique

Dominique BURGER, INSERM U592
Mise à jour le 27 septembre 2005


Sommaire

Introduction

La notion d'accessibilité numérique est apparue avec les nouvelles technologies de l'information et de la communication et en particulier avec d'Internet. Elle correspond à l'idée que ces technologies représentent à la fois un potentiel et un risque d'exlusion supplémentaire pour les personnes handicapées.

La loi n° 2005-102 pour "l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées" adoptée le 11 février 2005 en fait une obligation, au même titre que l'accessibilité physique des bâtiments. La France rejoint ainsi les pays européens qui ont déjà pris des dispositions légales dans ce sens en conformité avec les directives européennes.

Toutefois la mise en oeuvre effective de l'article 47 suppose un dispositif d'accompagnement cohérent et concerté, dont un décret d'application doit préciser le contenu.

On trouvera dans ce document quelques clés pour mieux comprendre la nature du problème à résoudre. Ce document tente de synthétiser une expérience de plusieurs années dans le domaine de l'accessibilité et ainsi que les leçons tirées d'expériences menées dans différents pays européens. Les expériences en Europe ont notamment été présentées lors de deux séminaires, l'un tenu à Bruxelles en Octobre 2004, l'autre à Paris Janvier 2005, en présence de Madame Marie-Anne MONTCHAMP, secrétaire d'Etat aux personnes handicapées, qui a prononcé le discours de clôture du séminaire.

  1. Le séminaire "Politiques et Législations en faveur de l'accessibilité numérique en Europe", Cité des Sciences et de l'Industrie, 31 janvier 2005.
  2. Le séminaire "Public Procurement in the ICT domain", Commission Européenne , Bruxelles 19-21 octobre 2004.

Retour au Sommaire


Définir l'accessibilité numérique

Un service numérique est accessible si ses utilisateurs peuvent y accéder à partir de postes de travail techniques très différents. En particulier les utilisateurs handicapés doivent pouvoir y accéder à partir d'un terminal braille, d'un dispositif de synthèse vocale, d'un système de commande vocale, ou grâce à de claviers ou souris spéciaux.

L'accessibilité numérique correspond à un champ de prescriptions techniques prenant en compte la diversité de ces besoins et très particulièrement sur tous les aspects qui peuvent constituer un obstable pour des personnes handicapées.
NB :

  1. L'accessibilité numérique garantit un accès égal pour tous mais participe aussi intrinsèquement de la qualité générale des services, de leur ergonomie et de leur facilité d'utilisation. Elle bénéficie donc à tous.
  2. Le développement de services sur Internet destinés spécifiquement à certaines catégories de personnes handicapées, comme par exemple, le développement de services de traduction en langue des signes en ligne ou de bibliothèques numériques pour des personnes handicapées visuelles, ne relève pas à proprement parler de l'accessibilité numérique mais d'une approche complémentaire.

Retour au Sommaire


Les recommandations du W3C

Depuis 1997, le consortium W3C (World Wide Web Consortium) réunit les principaux acteurs mondiaux du Web. Le W3C a mis en place le WAI (Web Accessibility Initiative) qui a publié une série de recommandations dès 1999, parmi lesquelles les WCAG (Web Content Accesibility Guidelines). Ces recommandations ont été reconnues par la plupart des pays, dont la France dès 1999. Elles ont été reconnues par l'Europe en 2002.

Les WCAG en sont à leur version 1.0. Une version 2.0 est en préparation. Les WCAG :

Les WCAG 1.0 compte 14 recommandations qui se traduisent en 65 points à contrôler ou "checkpoints". Ils distinguent trois niveaux de priorité correspondant à trois niveaux de conformité aux recommandations:

  1. Priorité 1 : les critères que doivent impérativement respecter les sites Web
  2. Priorité 2 : les critères recommandés pour réduire les obstacles dans l'accès au site
  3. Priorité 3 : les critères qui améliorent le confort d'utilisation

L'Europe et plusieurs état membres considèrent que le niveau minimum d'accessibilité se situe au niveau AA (double-A)

Exemple de recommandation (N°1) :
"Fournir des alternatives équivalentes au contenu visuel et auditif."
Cette recommandation donne a son tour lieu à quelques points à contrôler dont le premier (1.1):
"Fournir un équivalent textuel à chaque élément non-textuel (par exemple via "alt", "longdesc", ou dans le contenu des éléments). Ceci inclut : les images, les représentations graphiques de texte (y compris les symboles), les zones actives de cartes cliquables, les animations (par exemple les GIF animés), les appliquettes et objets programmatiques, l'art , les cadres, les scripts, les images utilisées comme puces pour les listes, les éléments d'espacement, les boutons graphiques, les sons (joués avec ou sans interaction de l'utilisateur), les fichiers audio séparés, les pistes audio de vidéos, et la vidéo. [Priorité 1]".

Références

W3C - Web Accessibility Initiative

En France, l'Agence pour le Développement de l'Administration Electronique (ADAE) a adopté un référentiel d'accessibilité des sites Web en janvier 2004, résultant d'un partenariat avec l'association BrailleNet (CISI du 10 juillet 2003). Ce référentiel repose sur la version 1.0 des recommandations du W3C/WAI. Il est reprend le référentiel AccessiWeb.

Plusieurs pays européens ont adopté des référentiels similaires, actuellement en cours de mise à jour et d'harmonisation.
Voir le site du projet Support-EAM.

Retour au Sommaire


Combien de services concernés ?

Le nombre de sites de communications en ligne dépendant de l'état se chiffre en milliers. L'ADAE l'estime à 7000, mais en réalité leur nombre est sans doute beaucoup plus important puisque de nombreux organismes publics développement leurs sites Web, par centaines, tels les universités ou les établissements d'enseignement primaire ou secondaire.

La mise en conformité de tous ces sites dans un délai de trois ans est donc un grand chantier qui nécessite une planification et une approche rationnelle, établissant des objectifs, des étapes et des priorités. Cela ne peut être faire qu'en concertation avec les intéressés, c'est à dire les personnes handicapées.

Il faut que ces étapes et les résultats soient rendus publics, qu'une liste des sites concernés et des échéances qui leur sont assignées soit publiée régulièrement et qu'un observatoire soit créé.
Des instruments et des ressources au services d'une telle politiques doivent être créés.

Retour au Sommaire


Un référentiel d'accessibilité

L'expérience de tous les développeurs techniques concorde : L'application des recommandations de W3C, dont le principe est clair et non contesté, nécessite une interprétation et des adaptations selon le contexte. C'est pourquoi une méthode d'implémentation et de vérification est nécessaire, définissant de manière concrète et objective les conditions de leur mise en oeuvre. Dans plusieurs pays européens des organismes se sont chargés de ce travail. En France c'est l'association BrailleNet qui a publié une liste de critères d'application, sous le nom d'AccessiWeb et reprise par l'ADAE dans son référentiel d'interopérabilité.

Il est également nécessaire de pouvoir disposer de documents techniques de références prenant en compte les évolutions technologies. Cet ensemble devrait constituer le référentiel technique pour l'accessibilité, disponible pour tous les acteurs concernés, lors de la conception, des recettes et des contrôles périodiques à effectuer sur les services.

Retour au Sommaire


Des formations à l'accessibilité

Une clé du succès est le développement d'une véritable culture de l'accessibilité numérique, reposant sur :

Cette culture de l'accessibilité encore insuffisamment développée en France, peut être développée par des campagnes de sensibilisation, comme c'est le cas dans d'autres pays européens. De telles campagnes peuvent s'appuyer sur des brochures, des supports multimédias, des sites Web, des séminaires d'information, voire de spots publicitaires. Des personnes handicapées peuvent y participer, étant des avocats très convaincants de l'accessibilité, comme le montre l'exemple des Pays-Bas.

Il est également nécessaire de mettre en place un véritable plan de formation avec des universités ou des écoles d'ingénieurs, de la même façon que "la formation à l'accessibilité du cadre bâti aux personnes handicapées est obligatoire dans la formation initiale des architectes et des professionnels du cadre bâti" (article 41). Cette formation doit concerner aussi bien les intervenants techniques que les rédacteurs des appels d'offre.

Références

Au Royaume-Uni, la campagne menée par le Royal National Institute for the Blind.

Aux Pays-Bas, la brochure réalisée par la Fondation Bartimeus.

En France, le Service de la Formation Permanente de l'université Paris VI (Pierre et Marie Curie) propose en 2005 - en collaboration avec l'association BrailleNet - le premier Diplôme d'Université sur l'accessibilité du Web : "Accessibilité du Web : enjeux, normes et application", destiné aux responsables de projets Internet, chefs de projet multimédia, responsables informatiques, développeurs, intégrateurs HTML, ergonomes, graphistes Web et webmasters.

En Autriche, l'université Joseph Kepler (LINZ) a mis en place une formation à l'accessibilité.

Retour au Sommaire


Des procédures appels d'offre publics

Les appels d'offre publics sont un moyen d'action important. L'accessibilité numérique doit devenir un critère d'éligibilité des réponses aux appels d'offre publics concernant le développement de services numériques ou de logiciels, qui devront renvoyer aux spécifications du référentiel technique. Les rédacteurs de ces appels d'offre doivent être dotés d'outils facilitant la rédaction des appels et l'évaluation des offres. Ces outils permettent de mentionner systématiquement certaines exigences techniques d'accessibilité, et d'en donner la raison. En cas de litige entre le client et le fournisseur, le cahier des charges renvoie à des critères et des documents standards.

Références

Au Danemark, l'agence Nationale pour les Technologies de l'Information et les Télécommunications a développé un outil accessible en ligne pour les rédacteurs d'appels d'offre public. Il concerne:

Lire l'article de Shermer sur le sujet

Retour au Sommaire


L'accessibilité des documents à télécharger

L'accessibilité ne concerne pas seulement les sites Web mais également les documents téléchargeables sur ces sites. Un format numérique accessible devra être adopté comme format de diffusion des documents téléchargeables. Tout document mis en ligne, devrait pouvoir être obtenu sous ce format, en complément éventuellement de format moins accessibles.

NB: Une telle disposition devrait concerner particulièrement les fichiers correspondants aux manuels scolaires ou universitaires qui devraient être mis à disposition des élèves ou étudiants handicapés dans un format accessible de leur choix, comme c'est le cas dans plusieurs pays.

Références

Concernant la fourniture des documents scolaires, plusieurs pays ont adopté des mesures dans ce sens. On pourra se référer par exemple à l'"Intructional Material Accessibility Act" et "National File Format" aux USA; à l'accord passé entre le gouvernement et les éditeurs scolaires en Autriche; à la loi "Stanca" en Italie.
Lire l'article de Gargani sur le sujet

Retour au Sommaire


Des moyens de contrôle de l'accessibilité d'un service

Deux techniques complémentaires peuvent être mises en oeuvres pour contrôler qu'un site est conforme au référentiel d'accessibilité:

  1. Procédure de contrôle par un organisme ou service indépendants des concepteurs, qui utilisera pour ses vérifications le même référentiel technique ;
  2. l'ouverture d'un canal de plainte pour les usagers constatant des défauts d'accessibilité. Un délai pourra être fixé pour la réparation de ce défaut.

NB: L'auto-déclaration n'a jamais donné de bons résultats. La plupart des pratiques européennes s'oriente donc vers la certification par organisme indépendant, considérée par la commission européenne comme un des "piliers" des politiques en faveur de l'accessibilité numérique (cf. Annexe)

Références

Pays-Bas : Marque de Qualité de la Bartimeus Foundation
France: Marque de Qualité de l'association BrailleNet

Retour au Sommaire


Liens vers les plans d'actions européens

Le plan d'action E-Europe 2002 oblige les sites Web publics des états membres à être accessibles aux handicapés.

Le plan d'action E-Europe 2005 confirme l'adoption des recommandations de WAI pour l'accessibilité des sites Web. E-Europe 2005 - 202 Ko au format pdf

Retour au Sommaire

Valid HTML 4.01 Transitional Valid CSS!